ComparLogo
Conference CNEF
LIENS RAPIDES

ARGUMENTAIRE

Les économies d'endettement ou de marché sont les modèles de financement les plus répandus et soutenus par la théorie économique dominante. Malheureusement, ces modèles de financement, basés sur l'endettement, sont aujourd'hui très éprouvés par la situation des économies du monde.

En effet, la situation de la dette des grandes puissances mondiales devient très préoccupante, le service de la dette devenant de plus en plus important impose une certaine discipline budgétaire. Rapporté au PIB, le Japon est le pays le plus endetté au monde avec 261,29% en 2023, suivi par la Grèce 177,43%. Les Etats Unis et la France se retrouvent aussi dans la même situation avec 121% et 111,9% de dette rapportée à leur PIB.

Toutefois, le phénomène n'est pas nouveau. Les pays d'Afrique et ceux d'Amérique Latine ont aussi connu une crise de la dette au début des années 80. Les programmes d'ajustement structurel qui ont été mis en place par le FMI et la Banque Mondiale, étaient la principale solution proposée. Mais, les résultats de ces programmes restent mitigés.

Les pays développés quant à eux bénéficient encore de la confiance des marchés financiers qui continuent toutefois de répondre à leurs besoins de financement malgré les niveaux d'endettement déjà élevés, et les difficultés de paiement de ladite dette.

Tenant compte de ces limites et même des échecs des modèles traditionnels, il est urgent que des réflexions soient engagées pour la recherche de nouveaux modèles de développement. C'est dans ce cadre que le CNEF accompagne cette année les réflexions de Monsieur Daniel NGASSIKI sur la théorie de « l'infinitique inclusive ». Cette théorie propose un modèle nouveau de financement des Etats sans endettement, et permettant d'éliminer la pauvreté et les inégalités.

logo CNEF

Suivez-nous